Les yeux plus gros que le ventre


Non, je ne vous ferais pas l'exposé d'une quelconque recette culinaire (bien que je me débrouille plutôt bien pour un trentenaire célibataire... merci Marmiton.org), mais juste vous faire part de quelques réflexions personnelles concernant ce que l'on appelle déjà la taxe Google.

Les faits résumés : en France, on souhaiterait taxer les moteurs de recherche (d'où le "Google") pour le référencement du contenu Internet des médias (principalement les "vieux" médias papiers).
Ma première réaction à ce sujet à été un certain étonnement à ce qu'on veuille être payé pour bénéficier d'une pub gratuite, les moteurs de recherche étant tout de même le moyen le plus simple et rapide de se faire connaître sur la toile. Là pub, l'argent de la pub et le c*l de la publicitaire en somme.

Cette idée saugrenue émise par lesdits médias bien entendu, mais pire, relayé par Aurélie FILIPPETTI, notre actuelle ministre de la culture... Google (pour ne pas le citer) a bien sûr réagi en décidant de ne pas se laisser faire par la bande d'irréductibles gaulois en menaçant si cette décision était adoptée de ne plus référencer les sites d'infos français.

L'affaire étant toujours en cours, on verra bien (ou pas si la menace est exécutée...) où ceci nous mènera.

Au delà de la simple guéguerre concernant de possibles gros sous (après tout c'est le nerf de la guerre dans notre société, qu'on l'accepte ou pas), on peut regretter surtout l'affichage si flagrant de la cupidité des grands groupes pour qui Internet n'est qu'un support de profits supplémentaires à réaliser. L'inquiétude qui se dessine derrière cette situation est celle de voir un jour tout contenu copyrighté et bloqué, alors même que l'essence même de l'information est d'être rendue publique.
Que vous payiez pour avoir votre journal papier (ou une version électronique  avec l'intégralité des articles, ceci est tout à fait normal, les rédacteurs doivent bien vivre aussi. mais pourquoi scier la branche sur laquelle on est assis en voulant brider l'accès à l'information "de base" (celle sans valeur ajoutée, souvent copié-collé de la dépêche d'ailleurs...) qui attire les lecteurs potentiels ?

S'attaquer à vos principaux afficheurs n'est peut-être pas la plus grande idée qui soit, surtout quand il s'agit de groupes d'envergure mondiale qui n'ont pas besoin de vous pour exister. A vouloir être trop gourmands on fini souvent en indigestion...

0 commentaires :

Enregistrer un commentaire