La papa pingouin...


... ou comment vous présenter mon post sur l'état de mes relations actuelles avec Linux.

Je suis encore novice dans le monde vaste et merveilleux des distributions Linux. Vous le savez si vous avez lu mes (très) anciens posts qui traitaient de l'informatique. Marre de Windows, pas vraiment motivé par une raison précise, mais plutôt par un besoin de changement, et surtout de savoir si l'herbe est plus verte au delà de l'OS fenêtré...

J'avais replongé avec openSUSE 12.1 et 12.2, sans trop adhérer au final à l'interface GNOME Shell. KDE ne m'attire désespérément pas avec son look trop proche de Windows à mon goût, les promesses de révolutions ergonomiques de GNOME ne sont au final pas au rendez-vous non plus. XFCE et LXDE sont trop minimalistes à mon goût. Dommage.

Ubuntu. Voilà, on la dit en perte de vitesse en tant que porte étendard des distributions Linux. Pourtant c'est toujours elle qui est installé sur mon PC principal en version 12.10. Unity, tant décriée est un bureau qui me convient avec ses petites astuces toutes simples, comme ce dock qui sait se faire oublier à gauche ou ces menus d'applications que l'on ne voit en lieu et place de la barre de titre qu'au passage de la souris. Certains crieront au plagiat de MacOS, en même temps on n'a pas 36 façons différentes d'agencer les choses de manières cohérentes niveau interface.

J'ai aussi testé la Fedora 18. En GNOME Shell. Je l'ai trouvée très proche de l'openSUSE, surement à cause de l'outils de gestion des paquets au format RPM. Le problème étant que mon portable de test n'est plus un foudre de guerre et que GNOME 3 ne lui convient pas du tout. Malgré çà, je n'ai pas été subjugué plus que çà...

J'ai testé Linux Mint 14, le dérivé d'Ubuntu qui a su lui souffler sa première place en abandonnant Unity au profit de MATE ou Cinnamon, qui reprennent la métaphore du bureau telle qu'on le connait depuis Windows 95... Soit. Si je trouve KDE trop proche de çà, pensais-je pouvoir adhérer à cette distribution ? On ne peut juger sans tester, les live USB aidant, j'ai vu que je ne pourrais pas rester longtemps sur ce genre d'interface malgré les finitions superbes de la distribution. J'ai également testé la Debian Edition de Mint : on abandonne la base Ubuntu pour remonter à la distribution mère des deux, la Debian pure. Elle semble plus fluide, mais souffre de cette interface à laquelle je n'adhère pas vraiment même si je dois lui reconnaître d'être plutôt agréable. Il ne reste qu'un défaut majeur : je n'arrive pas à avoir quelque chose de stable sur mon PC portable de test "grandeur nature". Difficile de sauter le pas dans ce cas, mais à suivre...

Interloqué par la Linux Mint Debian Edition, j'ai voulu tester la vraie Debian, version 6 je crois bien. Je ne dois pas avoir encore le niveau je pense : en live USB sur mon fixe, pas moyen d'avoir la résolution correcte de mon moniteur là où les autres me la donnait d'emblée ; en installation sur mon portable, j'ai été vite rebuté par l'interface GNOME 2 vieillotte et par le fait que je n'arrivais pas à m'attaquer à l'installation des paquets. Çà remet à sa place quant à ses propres capacités. Mais je dois avouer que je ne me suis pas vraiment penché de près sur la question, donc elle reste une option envisageable.

Pour finir, on notera seulement la diversité existante des distributions. C'est enfoncer les portes ouvertes que de dire çà, mais c'est bien le cas. Le gros intérêt de cette situation est que, sachant que la plupart se testent en live, chacun doit pouvoir trouver facilement chaussure à son pied pour au final sauter le pas de l'installation seule ou en dual boot, histoire d'avoir une bouée rassurante avec son Windows, même s'il est peu probable qu'on le relance souvent par la suite...

0 commentaires :

Enregistrer un commentaire