A la faveur de l'automne...



... revient cette douce mélancolie. 1, 2, 3, 4 un peu comme on fredonne de vieilles mélodies.

Voilà, hommage annuel à Tété fait. J'aime cette chanson, cette "douce mélancolie" évoquée résume parfaitement l'état d'esprit de la fin annoncée de l'été. Exit la mer, exit cette chaleur lourde mais au fond pas désagréable... Bref, bonjour l'évocation de la grisaille, de l'incertitude pour les activités de plein air, et cette nuit qui arrive toujours plus tôt... Toujours trop tôt.

Mais à mesure que les années passent, je m'y fais. Après tout, on finit à force par comprendre que l'automne est plus un état d'esprit qu'un réel frein. Certes, les créneaux du jour, qui permet de réaliser mes précieuses activités, se restreignent. Et après ? De toutes façons je n'aime pas quand çà s'éternise de trop non plus. Une fois que tu as passé 5-6 heures dehors, tu peux bien rentrer après tout. Une belle journée tiède d'automne vaut largement les beaux jours d'été où le soleil t'écrase de son étreinte brûlante. Le calme de cette saison de raison qui suit le climax de l'année est en fait reposant et délectable.

Et surtout, je continue, voire reprends, mes dites activités. Marcher m'est difficilement supportable l'été, trop chaud et désagréable de cramer, et là je peux enfin songer à respirer de nouveau vers les sommets. Et pourquoi ne pas continuer un peu à plonger ? L'eau est encore très (trop ?) chaude. Même sans shorty ou combinaison, je me surprends encore à y rester près d'une heure à chaque fois que je veux sonder les rochers en quête d'images.

En sommes, rien de neuf. Pour une fois je m'en vais presque sereinement quitter la chaude saison... J'espère sincèrement faire de ce court billet une prémonition pour la reprise de mes promenades de rêveur solitaire. Un peu d'égoïsme a parfois du bon.

0 commentaires :

Enregistrer un commentaire