Paranoid Android

 


Comme le titre de Radiohead, pas la ROM Android custom... Varier les plaisirs est la règle ici.

En farfouillant sur la toile en quête d'actualité sur les marshmallows (mettez Android et marshmallow dans un moteur de recherche si vous n'avez pas compris), je tombe sur cet article. Pas mal d'autres sites ont relayé l'information, mais j'aime bien Korben donc c'est son lien que je choisis en illustration.

Sans entrer dans les détails "techniques" ni dans un débat sur le caractère prétendu facile de l'exécution (demandez déjà à mes parents de déverrouiller un smartphone tactile sans protection et pleurez de rire...), ce qui m'interpelle ici est que l'on en est arrivé à un stade où l'on doit systématiquement faire attention au moindre petit objet de notre quotidien, sous peine de voir notre intimité potentiellement mise à nu. Et ce par la faute à cette connexion omniprésente et vendue comme l'avenir.

Les "objets connectés". On a eu notre smartphone pour qui passer des coups de fils ou envoyer des SMS est vite devenu le comble de la ringardise. Si tu ne consultes pas les réseaux sociaux avec et que tu ne reçois pas tes spams, pardon mails, en temps réel, tu es d'un autre temps. On a enchaîné avec des concepts de gadgets risibles genre four ou frigo connectés... pour que les gens puissent liker ta quiche en temps réel je pense. Çà arrive mais je pense que çà restera plutôt confidentiel encore un certain temps. Et maintenant, la montre connectée et éventuellement les autres capteurs à faire pâlir d'envie les électroencéphalographes médicaux vue le nombre de paramètres biologiques mesurés.

Comme toutes les avancées, ne crachons pas forcément complètement dessus. Imaginons le cas d'une personne souffrant de problèmes cardiaques, avoir un monitoring quasi permanent peut éventuellement lui sauver la vie, ou du moins l'alerter en cas de pépin. Mais pour le reste ? Ceux qui partagent sans retenue leur vie via leurs comptes Google, Facebook, Twitter, ceux qui saisissent leurs identifiants bancaires ou fiscaux et demandent à leur navigateur de les retenir parce que c'est tellement plus simple. Là, la question de la risibilité de la faille exposée en introduction se pose.

On a "inventé" les mots de passe pour se sentir à peu près en sécurité comme on l'a fait avec les serrures et les clés. Mais on oublie qu'aucune serrure n'est parfaitement inviolable. Un petit malin arrivera toujours à déjouer l'entrave sans pour autant vous subtiliser la clé. On répondra que ranger ses objets de valeurs dans un coffre soigneusement clos suffit dans la majorité des cas à les défendre. Certes. Mais c'est là où je vous amène peu à peu depuis le début : dans le coffre tout est centralisé et on ne dépend que d'une serrure qui se doit de tenir le coup. Mais à répandre ses biens à droite à gauche, ou bien à introduire une deuxième porte moins sécurisée, on perd le bénéfice de cette relative protection. Une image que j'emploie souvent est celle d'une pièce fermée par une porte blindée, mais qui aurait une porte vitrée classique juste à côté de la première. Un simple coup à travers la vitre et exit l'inviolabilité du lieux.

Que ce soit clair, je ne me pose pas comme le prophète de la paranoïa sécuritaire, bien au contraire, je suis le premier à penser qu'une chose n'est jamais aussi bien cachée que si elle est exposée aux yeux de tous. Simplement je partage mes interrogations vis à vis du rapport entre les informations personnelles que les grands de l'informatique actuelle cherchent à nous soutirer pour mieux nous servir (ou nous cibler publicitairement...) et la protection de celle-ci.

En gros, posons-nous la question de savoir si l'on a réellement envie qu'une donnée personnelle qu'on divulgue mérite d'être possiblement montrée à tous avant de la saisir sur un quelconque objet relié au web...

0 commentaires :

Enregistrer un commentaire